l’Araignée, la radio

Le fil (d’actu) de l’Araignée

Les frangines orientales d’A-Wa font danser l’Araignée

Adoubées par des selectors de renom tels qu’Acid Arab ou Tomer Yosef des Balkan Beat Box, les trois sœurs d’A-Wa font danser ensemble les générations et les genres musicaux sur les beats acidulés de leur électro-folk imparable. Vous ne pensiez jamais vous déhancher sur des chants traditionnels yéménites ? Avec leur mélange addictif de hip-hop, de folk arabe et d’électro, les trois sœurs d’A-Wa se font remarquer avec un premier titre Habib Galbi déjà regardé 750 000 fois sur Youtube. Harmonies vocales et dialectes ancestraux croisent clavier-guitare midi, batterie et samples pour créer un groove châabi disco-funk inédit et obsédant.

Le Proche-Orient sait y faire pour nous ravir. Cette fois-ci, il s’agit d’A-Wa (prononcer « èy-oua »). Ce tout nouveau projet sorti du confin du désert de Shaharut est le croisement d’une tradition séculaire orale yéménite et d’une pop groove urbaine arabisante. Une fraîcheur, un oasis, un succulent baklava aux pépites de menthe et de pistache préparé par trois sœurs, les soeurs Haim. Tair, Liron et Tagel sont originaires d’un petit village de la vallée d’Arava, entre Sinaï, Arabie saoudite et Jordanie, mais les racines de la famille proviennent plus précisément du Yémen.

Fascinées par la magie vocale et le swing naturel des chansons folkloriques de leur terre originelle, les trois filles Haim décidèrent d’y joindre des ingrédients moderne, comme un keytar, clavier-guitare midi, une  batterie et des samples ainsi qu’une basse faisant tourbillonner le tout dans un shaabi groove disco-funk imparable. Sans tomber dans le kitsch, le son se modèle autour d’une pop orientale rafraîchissante et easy-listening aux inspirations dancehall. Soit au diapason, soit en canon, les voix des trois sœurs sont clamées dans le dialecte arabe yéménite des ancêtres. Ce sont des histoires d’amour ainsi que des chansons contestataires notamment empruntées au répertoire de l’artiste judéo-yéménite Shlomo Moga’a, illustre méconnu des années soixante.

awa2

Les A-Wa sont alors très vite repérées par Tomer Yosef. Le touche-à-tout chanteur-percussif de Balkan Beat Box, lui-même originaire de cette communauté du Yémen, prend le projet sous son aile offrant des possibilités des plus rayonnantes quand à la production de leur premier album, prévu pour le Printemps 2016.
D’ici là, un premier EP sortira à l’automne 2015, également enregistré au studio de Tamir Muskat (Asaf Avidan, Balkan Beat Box, Firewater).
Le premier single, Habib Galbi, accompagné d’un clip aussi décalé que follement esthétique, s’apprête à déferler cet été sur le vieux continent.
La tradition orale n’a jamais été aussi séduisante.

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
trackback

northwest pharmacy canada http://cialisonla.com/

Great facts, Cheers!